Avertir le modérateur

26/12/2008

Plus blanc que blanc.

mediatheque SO.jpgPlus blanc que blanc! La pub OMO? Non, SO.

 

 

La ville de SO en a tiré les leçons, fini les constructions à l’image de la patinoire. Très forte symbolique, celle-ci vieillit très mal et est laissée à l’abandon. Aucune rénovation en vue, fuite d’eau, rouille…

 

Le HQE (Haute Qualité Environnementale) est le ton donné pour les nouvelles constructions publiques car pour le privé c’est encore une autre histoire. En effet la municipalité n’impose pas encore ce label aux promoteurs pour le parc privé. Dommage, alors que SO connaît une progression fulgurante de son parc immobilier privé, la qualité des immeubles construits est au strict minimum. Vu le prix du foncier imposé, les promoteurs tirent la prestation et la qualité vers le bas.

Bref revenons à notre chère (au sens propre , comme au sens…fig…propre !) médiathèque.

 

Le label HQE impose diverses contraintes :

 

La construction, l'entretien et l'usage de tout bâtiment induisent un impact sur l'environnement, et donc un coût global, que la HQE tentera de réduire ou compenser, au-delà de ce que demande la loi (pour au moins 7 cibles sur 14) et en visant la performance maximale (pour au moins 3 cibles dites "prioritaires"). L'économie d'un projet de construction HQE est donc appréhendée sous l'angle du coût global ; elle tient compte à la fois de l'investissement et du fonctionnement.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Haute_qualit%C3%A9_environne...

 

 

TX Arca® vous connaissez ? non !

 

Définition : Ciment Portland artificiel à propriété autonettoyante par l'action de catalyseurs à base de dioxyde de titane, limitant le dépôt de salissures d'origine organique. Destiné aux panneaux préfabriqués ou aux éléments de béton architectonique.

 

Voulant imposer un architecture qui défie le temps (mauvais exemple : la patinoire), cette médiathèque est revêtue de cette technologie. Beau geste pour l'environnement...

 

Pour plus d'explication : http://www.batipole.com/tx-arca-mediatheque-saint-ouen-mariage-blanc-defier-temps-actualite-2160.html

 

Une doc intéressante :

iconePDF.gif

mediathèque.JPG

Mort d'un SDF à SO

SDF.pngUn homme sans domicile fixe, âgé de 59 ans, a été retrouvé mort vendredi sur la voie publique à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis). Le corps de cet homme a été découvert par un chauffeur de bus un peu avant 7 heures au niveau du numéro 44 rue des Rosiers et a appelé les secours.

Les pompiers, arrivés sur place, ont constaté le décès de la personne, qui serait morte d'un arrêt respiratoire.

Pourtant il y a des hébergement dans notre ville, décidément cette rue des Rosiers…

Alors n'hésitez pas à signaler des SDF au SAMU social quand il fait froid! Surtout en ce moment...

Logement

logement.jpgLe logement en Seine-Saint-Denis

 

On force encore la SSD à plus de logements sociaux. Alors que bon nombre de commune du 93 dépasse largement le seuil de 20 % de logements sociaux fixé par la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) à l’exemple de notre ville Saint-Ouen qui est déjà à 40%, on assigne (je sais j’abuse un peu avec les mots…) les mauvais élèves à rattraper leur retard. D’un coté tant mieux, cela pourra peut être ralentir ce phénomène dans notre ville. Elle qui en construit pour combler le déficit des autres villes.

 

Avec l’aide un peu forcé du préfet de la Seine-Saint-Denis, les villes de Gournay-sur-Marne, du Raincy et de Vaujours ont paraphé le ‘sacro saint’ contrat, s’engageant à respecter l’obligation fixée pour 2008-2010 mais aussi à rattraper le déficit de la période précédente. Pour l’heure seul le maire (DVD) de Coubron refuse de signer.

Bonne nouvelle ! Non ?

 

hebergement urgence 93-1.JPGL’hébergement d’urgence en Seine-Saint-Denis

 

Rappelons que douze maires* de la Seine-Saint-Denis (dont notre maire) avaient émis le message suivant : ‘Nous ne pouvons accueillir toute la misère d’Ile-de-France…’.

Ils réclament un plan régional de l’hébergement d’urgence. La répartition de ce plan au niveau régional va dans le bon sens. 3 500 à 4 000 personnes sont orientées par la Ddass de Paris vers des hôtels du département. Le mois dernier, Claude Bartolone, président du conseil général, dénonçait « une mécanique perverse ». Au bout de trois mois, la Ddass parisienne ne paie plus l’hôtel et les bénéficiaires entrent dans le dispositif d’urgence de Seine-Saint-Denis. Leur prise en charge pèse sur le département, sur les services de l’Etat locaux comme sur les communes.

 

 * Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois, Le Blanc-Mesnil, Bobigny, La Courneuve, L’Ile-Saint-Denis, Pierrefitte, Saint-Ouen, Stains, Tremblay-en-France, Villetaneuse et Saint-Denis

J'ai raté mon casting...

A La Recherche Du Nouveau SO.jpgUn samedi je me ballade avec un de mes amis. Nous allons boire un café et pour cela je m’arrête au DAB de la BNP à l’angle de Dhalenne et de Jaurès. Quand un jeune nous aborde pour nous demander son chemin…

 

- « Oui bonjour, savez-vous où se trouve le casting de la nouvelle star ! »

- « Comment ? le casting de quoi ? de la nouvelle star ! Tu es au courant de cet événement à Saint-Ouen ? »

- « Non pas du tout !... »

- « Désolé jeune homme, on ne peut pas vous aider… »

 

A peine parti, on se dit que ce jeune homme est un peu à la ‘masse’ et quand bien même il y aurait un casting que malheureusement pour lui, il a un monde de retard (à moins que…).

Quelques jours plus tard, en lisant ‘Le Parisien’, je tombe sur l’article qui fait que j’ai un monde de retard ! Mdr tout seul! (Mort de rire).

Oui je sais, ça fait un peu jeune mais j’essaie de rattraper mon retard.

 

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/la-foule-au...

23/12/2008

Drôle de stationnement sur la rue des Rosiers.

logo handicap.jpgLa ville de Saint-Ouen était visionnaire. Elle savait que les ménages allaient s’orientaient sur des véhicules de petites tailles : les citadines.

 

(Nous savons tous que l'automobile reste la première source de pollution atmosphérique locale dans les grandes villes comme l'agglomération parisienne et participe ainsi au développement de maladies comme l'asthme et les bronchites chroniques notamment chez les plus fragiles. Sans oublier notre incinérateur SYCTOM, bien sur!)

 

A tel point que sur la rue des Rosiers, on peut y apercevoir des emplacements de stationnement pour ces voiturettes. 

A l’exemple de la Fiat Cinquecento qui est large de 1,49 mètres empiétant sur la voie de circulation.  On pourrait se dire que l’on fait avec les moyens du bord.

 

Stationn1.JPGStationn2.JPGStationn3.JPG

 

 

Mais en fin de compte ce qui m’a consterné, c’est l’emplacement réservé aux personnes handicapés.

Alors que la réglementation spécifie que : 

 

« un emplacement pour personne handicapé ne peut être d'une largeur inférieure à 3,30 mètres et présente une pente et un dévers transversal inférieurs à 2 %. S'il n'est pas de plain-pied avec le trottoir, un passage d'une largeur au moins égale à 0,80 mètre permet de rejoindre le trottoir en sécurité sans emprunter la chaussée au moyen d'un abaissé aménagé […] » ,

 

on remarque aussi que des bornes en béton ne laissent aucune accessibilité aux trottoirs et la fausse manœuvre en cas de stationnement est interdite…

 

Stationn4.JPGStationn6.JPGStationn5.JPG

Une démonstration, une personne en chaise roulante arrive à se garer. Elle sort sa chaise roulante… et bien elle est exposée à la circulation et est en danger. Les bornes en béton ne lui offrant pas le possibilité de se mettre en sécurité.

 

handicape en voiture.jpg

 

C’est le genre de dépense qui serait le bienvenu et non pas dans l’éphémère comme le pointent assez souvent nos chers concitoyens, à l’exemple de la communication ‘Parlons Saint-Ouen – Dialogues pour la ville’ que de faire en sorte que nos concitoyens puissent stationner en toute sécurité.

 

Voir document relatif aux stationnement réservé aux personnes handicapés :

 

iconePDF.gif

Date limite pour voter...en 2009

carte vote.jpgL'inscription sur les listes électorales doit se faire à votre mairie avant le 30 décembre 2008, si vous voulez voter en 2009.

N'oubliez pas les élections européennes en juin...

Parce que le droit de vote est indispensable pour affirmer vos idées et peser dans la vie politique, c'est aussi un devoir, une chance. Alors ne laissez donc personne décider à votre place !


Qui peut s'inscrire sur les listes électorales ?

Pour voter, il faut : être majeur être de nationalité française jouir de ses droits civils et politiques justifier d'une attache avec la commune où vous souhaitez s'inscrire : soit y être domicilié, soit y résider depuis six mois au moins de façon continue et effective, soit y payer depuis cinq ans au moins la taxe foncière, la taxe d'habitation ou la taxe professionnelle.


L'inscription d'office

Si vous avez 18 ans en 2008
Vous êtes normalement inscrit d'office sur les listes électorales du domicile de vos parents. Vu que vous ne recevez pas obligatoirement de notification de cette inscription, et que les fichiers des jeunes majeurs peuvent être incomplets, mieux vaut donc vous renseigner auprès de votre mairie pour vérifier si l'inscription a été effectuée.

Afin d'éviter les complications de dernières minutes, nous vous conseillons d'effectuer vos démarches avant le 15 décembre. Si vous souhaitez être inscrits dans une autre commune que celle du domicile de vos parents, vous devez accomplir les formalités d'inscription volontaire. Vous devez en même temps vous assurer que vous n'avez pas été inscrit dans votre commune d'inscription d'office (celle du domicile de vos parents).


L'inscription volontaire

Si vous n'êtes pas concernés par l'inscription d'office
Pour voter aux prochaines élections, vous devez déposer votre demande d'inscription avant le 30 décembre 2008. Afin que votre inscription soit prise en compte, vous devez impérativement faire parvenir au service des élections de votre mairie les documents suivants :

- le formulaire d'inscription dûment complété. Veillez à être le plus clair et lisible possible, et à bien remplir toutes les rubriques du formulaire qui vous concernent.
- Une photocopie d'un titre d'identité et de nationalité en cours de validité ( carte nationale d'identité (photocopie recto verso), passeport (photocopie de la double page où figure votre photo) ou permis de conduire (valable uniquement s'il est accompagné d'un justificatif de nationalité)).
- Un justificatif de domicile. Seront acceptées : les pièces prouvant que vous êtes domicilié dans la commune (facture établie à votre nom et prénom de moins de trois mois d'électricité, de gaz ou de téléphone fixe). ou les pièces prouvant que vous êtes inscrit(e), pour la cinquième fois et sans interruption, au rôle d'une des contributions directes communales ou que votre conjoint répond à ces conditions.

Pour les personnes domiciliées chez un parent ou un tiers, contactez votre mairie pour connaître les justificatifs à fournir.


En cas de déménagement, que faire ?

Il faut vous inscrire avant le 30 décembre 2008 sur les listes de votre nouvelle commune. Celle-ci transmettra un avis à votre ancien bureau de vote qui vous radiera de ses listes.

Déménagement dans une même commune


Vous devez en informer votre mairie. Si vous ne le faites pas, la Poste ne fera pas suivre les courriers concernant les élections émis par la commune et les retourneront à la mairie qui vous radiera des listes électorales.

09/12/2008

Saint-Ouen en 4eme Position.

Dette de la ville de Saint-Ouen

Entre les choix de la municipalité, les investissements dont on peut discuter les stratégies, les dépenses superflus... le résultat le voici :

Saint-Ouen est la 4eme ville la plus endettée de la SSD.

dette en Seine Saint Denis.JPG
Du coup, on ne peut offrir aux étudiants les plus méritants qu'un stylo et un bloc-note...

 

Crise financière en Seine-Saint Denis : A qui la faute ?

pc-ps.JPGLe ping-pong, c'est le jeu favori du CG 93!

A qui la faute?

L'ancien président du conseil général Monsieur Hervé Bramy se justifie et dénonce la chasse aux sorcières des socialistes.

Après la présentation mercredi de l’audit financier du cabinet Klopfer à la commission des finances du conseil général du 93, l’ancien président (PC), Hervé Bramy, et Jean-Jacques Karman, le président (PC) de la commission des finances, se sont expliqués, hier matin, lors d’une conférence de presse. Epinglés par ce rapport qui pronostique « une impasse financière et budgétaire à l’horizon 2009 » pour le département une séance extraordinaire du conseil a eu lieu 4 décembre dernier à ce sujet , les deux communistes justifient leurs choix passés.

« si c’était à refaire, nous procéderions de la même manière »

En cause, la dette de 800 millions d’euros de la Seine-Saint-Denis, composée à près de 97 % d’emprunts dits « toxiques » (à taux variables indexés parfois sur des valeurs peu fiables, comme l’inflation aux Etats-Unis, et rendues encore plus risquées par la crise actuelle) contractés par l’ancien exécutif du conseil général. Non seulement Jean-Jacques Karman nie ce pourcentage mais en plus il affirme que, « si c’était à refaire, nous procéderions de la même manière ».

« Sans cela, la fiscalité aurait augmenté »

« Je ne me suis pas enfermé dans mon bureau pour concocter un plan et jouer sur les marchés avec l’argent des contribuables ! enchaîne Hervé Bramy. La nature des emprunts était donnée lors des commissions permanentes où siègent la majorité et l’opposition. »

boxe.JPG
...Surveilles sa gauche!...

C'est une maladie qui touche assez régulièrement les socialistes : l'amnésie rétrograde ou l'amnésie antérograde! De toute façon, faites votre choix...

Hervé Bramy explique que ses choix d’opter pour des taux d’intérêts plus faibles mais variables auprès de la banque Dexia avaient permis à l’époque « d’économiser 30 millions d’euros sur dix ans pour le remboursement des emprunts et la dette a été réduite de 15 millions d’euros ». « Sans cela, la fiscalité aurait augmenté de quatre points », ajoute même Jean-Jacques Karman. « Aujourd’hui, il est encore possible de négocier pour obtenir des taux fixes, nous ne sommes pas pieds et poings liés, contrairement à ce qu’affirme Claude Bartolone », se défend Hervé Bramy. Pour lui, si fautif il y a, c’est… l’Etat, « qui n’a toujours pas compensé les 360 millions d’euros qu’il doit au département au titre de la décentralisation ».

Ces justifications ne convainquent guère Daniel Guiraud, vice-président (PS) du conseil général en charge des finances.
« Certes, il y a toujours la possibilité de renégocier les taux mais le problème en Seine-Saint-Denis est vraiment grave dans le contexte de la crise boursière. Le rapport Klopfer (le même que Montreuil par Voynet) nous a appris ainsi qu’un tiers de la dette est constitué de “swap” et de “snowball”, les crédits les plus dangereux », souligne l’élu. Avec ce type de crédits « extrêmement risqués », selon le rapport Klopfer, les taux d’intérêt peuvent ainsi se retrouver multipliés par cinq ou bien peuvent croître chaque année sans limite.

Cette situation, selon le socialiste, rend le département « vulnérable » dans un contexte où « le budget primitif 2009 sera très très difficile à équilibrer », conclut Daniel Guiraud.

Source :  Le Parisien.

Et pour finir, comme me l'a expliqué un ami : "le siège du président du CG93 s'est joué à une voix près..., l'écart n'est pas suffisant et pour cela il faut affaiblir les cocos pour les prochaines elections..."

Complices mais pas coupables?

To be continued... (à suivre)

14:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

De l'emploi à Saint-Ouen! Le saviez-vous?

Seize nouvelles entreprises s’engagent pour l’emploi des jeunes des quartiers

Plan.JPGFadela Amara et Laurent Wauquiez se sont rendus à l’agence ANPE de Saint-Ouen, pour la signature de l’Engagement national pour l’emploi des jeunes des quartiers, dans le cadre du plan Espoir banlieues. Un engagement destiné à offrir aux jeunes des quartiers de réelles perspectives en matière d’emploi.

 

Bien sur, on se fait pas échos de ce genre de manifestation à la Mairie! Tant que l'initiative ne vient pas d'elle... Chuuuut.

Ce qu'il faut savoir, c'est que l'engagement national pour l’emploi des jeunes des quartiers a comme objectif de pallier les difficultés de recrutement et de parvenir à une meilleure insertion professionnelle des jeunes des quartiers en renforçant l’égalité des chances.
Mis en place depuis le 15 février dernier, le dispositif a déjà été signé par 53 entreprises.

En s’engageant pour trois ans sur la base du volontariat, ces entreprises formulent des propositions de recrutement, de stages ou de formations en alternance.

Le 27 novembre, seize nouvelles entreprises et huit fédérations ont signé l’Engagement national pour l’emploi des jeunes des quartiers à l’agence ANPE de Saint-Ouen en présence de Fadela Amara et Laurent Wauquiez.

Les deux secrétaires d’Etat ont également participé à une table ronde avec des jeunes recrutés ou en cours de recrutement et les représentants de leurs entreprises.

Et c'est tout ce que nous savons...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu