Avertir le modérateur

14/11/2009

Europe Ecologie audonienne en action

drupscouade_1_logo.pngLe groupe europe écologie audonienne (par le biais du créateur du groupe Jean Fouquart) vous invite à participer au:

 

Forum Régional Ile-de-France

Samedi 14 novembre 2009
14h30 - 17h


Palais des Congrès d'Issy-les-Moulineaux
25 avenue Victor Cresson
Métro ligne 12 station Mairie d'Issy
Tramway 2 station Val-de-Seine
RER ligne C station Issy-Ville


En présence des personnalités du Rassemblement des écologistes, ce Forum sera l'occasion de présenter le projet d'Europe Ecologie pour les élections régionales et de lancer la mise en débat de nos propositions.

Animé par Pascal Durand, porte-parole d’ Europe Ecologie
Introduction par Jean-Vincent Placé, directeur de campagne Europe Ecologie région Ile-de-France

Programme :

14h30
Présentation du Forum
Introduction des tables rondes

14h45
Trois tables-rondes

 

Avec des personnalités du Rassemblement des écologistes en Ile-de-France

1 L'urgence climatique : réussir le rendez-vous du sommet de Copenhague
 Alain Lipietz, ancien député européen Vert,  Denis Baupin, maire adjoint au développement durable à Paris,  Hélène Gassin, ancienne responsable de la campagne Energie de Greenpeace

2 Le Grand Paris : quel projet pour l'Ile-de-France ?
Robert Lion, ancien président de Greenpeace, Dominique Voynet, Maire de Montreuil, Stéphane Gatignon, Maire de Sevran

3 Sortir de la crise : répondre à l'urgence sociale, transformer l'économie
Emmanuelle Cosse,  ancienne présidente d’Act up,  Jean-Marc Brulé, Maire de Cesson

Karima Delli, Yannick Jadot, eurodéputés Europe Ecologie

Et d’autres personnalités d’ouverture du Rassemblement des écologistes

16h00
Intervention de Cécile Duflot, Tête de liste du Rassemblement des écologistes en Ile-de-France

 

Mais aussi

  

Sommet de Copenhague et Réchauffement Climatique : Quels Enjeux, Quelles Solutions? 

 

 

Du Local au Global : Savoir pour Comprendre, Comprendre pour Agir !

 

Les élus  VERTS/EUROPE ÉCOLOGIE de Saint-Ouen, Mr Rémi Fargeas et Mme Brigitte Marigault vous convient à participer le Vendredi 20 novembre à 20h30 à la Salle Barbara 5 rue des écoles (juste derrière la Mairie /métro Mairie de Saint-Ouen) à une rencontre organisée sur le thème des dérèglements climatiques.

 

Sommet de Copenhague, Taxe Carbone, Plan Climat Énergie seront bien évidemment au centre du débat animé par Michel Bourgain (Maire de l'Ile Saint Denis/Vice Président de Plaine Commune en charge de l'écologie), avec pour invités : Yves Cochet (Député Vert à l' assemblée nationale ) et Yannick Jadot (Député Europe Écologie au parlement européen )  

 

Pour de plus amples renseignements : 06 85 27 16 10  franckrolland@yahoo.fr

 

04/11/2009

La censure serait-elle de retour?

censure.JPGEn raison de leur tribune libre « Colère ! », le groupe Saint-Ouen Ensemble Autrement (SOEA) s’est vu interdire la publication dans le journal municipal du mois de novembre 2009.

 

C’est Madame le Maire 1C (*) par le biais de son directeur de la publication Monsieur Alain Barbier qui a pris cette décision, de manière unilatérale. Il aurait juste adressé un mail au président de groupe SOEA 2M (*) , conseiller municipal de l’opposition, pour lui signifier que son groupe n’aurait pas de tribune au journal municipal. Sous prétexte qu'elle "portait atteinte à la vie privée " de Madame le maire.

 

Actuellement, le PC, le PS, les Verts, le Modem, l’ASOTL et EPSO ont chacun une tribune libre. Nous sommes en face d’une censure.

 

Le passage incriminé est, « …Qui affirme sans rougir devant les télés que ce fléau, cette gangrène qu’est la drogue, n’est installée dans notre ville que depuis quelques mois (JR sur I-télé, BFM télé le 27/09) alors qu’elle-même fut touchée de près voici cinq ans !... ». Cette phrase semble-t-il  fait allusion à "l'affaire du fils du maire" datant de 2004.

 

Voir article du Parisien :

SO_fils de Rouillon sous les verrous.JPG

 

Le groupe SOEA conteste cette décision en arguant qu'étant donné que Madame le maire 1C (*) elle même, avait rendu cette histoire publique par le biais d'un tract qu'elle avait fait distribué dans toutes les boites aux lettres audoniennes.

 

Retrouvez l’intégralité de leur tribune sur leur site : http://asoea93.monassoc.com/pages/2719

 

Pour finir, la déclaration universelle des droits de l’homme, dans son article 19 dit : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ». Un droit à défendre !

 

 

(*) Veuillez vous reporter sur la bannière ‘Les zélus’ située à gauche

27/10/2009

On touche le fond...vu par la presse

SO_CM agité.JPG

On touche le fond...

A chaque conseil municipal, son lot de surprises!

Ce lundi 26 octobre 2009, Saint-Ouen a probablement connu son conseil municipal le plus court de l'histoire audonienne : 45 minutes.

Le temps pour l'opposition de s'apercevoir que le quorum n'était pas atteint sans leur présence. En effet, seuls 19 élus de la majorité étaient présents sur 29. La liste d'opposition menée par le président de groupe ASOTL 1K(*) a estimé qu'il ne lui revenait pas la charge d'assurer la tenue de ce conseil et d'acter les délibérations proposées par la majorité.

Il revient à cette même majorité d’éviter d’organiser des conseils municipaux durant les vacances scolaires, ou du moins de s’assurer que ses élus pour lesquels nos concitoyens ont voté, se rendent disponibles pour défendre leurs intérêts.

Une chose est sûre, Madame le Maire 1C(*)dont la principale préoccupation est de boucler hâtivement les délibérations, se couchera tôt ce soir…

Bonne nuit, les petits !

 

(*) Veuillez vous reporter sur la bannière ‘Les zélus’ située à gauche

27/02/2009

Dilemme sur la taxe professionnelle

dilemme_TP.JPGSuppression de la taxe professionnelle

 

Débat : La suppression de la TP est-elle une bonne chose pour relancer l'économie et aider les entreprises ? Comment préserver l'autonomie financière des communes ?

 

Le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, a annoncé le jeudi 5 février 2009 lors de son intervention sur la crise, la suppression de la taxe professionnelle en 2010.

 

Rappelons que  Jacques Chirac avait déjà tenté de la supprimer en 2004, mais face à la pression des collectivités locales, cela n'avait pas abouti.

 

Nicolas Sarkozy a chiffré le coût de la mesure à 8 milliards d'euros. Un chiffre douteux au regard des 26 milliards d'euros dont s'acquittent les entreprises au titre de la taxe professionnelle.

 

L'objectif de la suppression de la taxe professionnelle est de demander en contrepartie aux entreprises, sous forme d'un engagement, de ne pas délocaliser leurs usines. Il souhaite ainsi préserver l'industrie et sauver un maximum d'emploi, notamment dans l'automobile.

 

La suppression est-elle une bonne idée pour relancer l'économie et aider les entreprises ?

Comment préserver l'autonomie financière des communes ?

 

Cependant, cette réforme est un coup de massue aux élus locaux qui perdent ainsi une forte source de revenus. A l’exemple de notre ville Saint-Ouen où la TP représente plus d’un tiers du budget de fonctionnement (36%).

Reste à savoir comment réussir à compenser les 36% de recettes qui vont être amputés sur le budget annuel de la ville de Saint-Ouen.

 

Une taxe carbone !

 

Comment donc compenser le manque à gagner ? Une possibilité autour de la taxe carbone.

Alors que l’objectif est de moins polluer, cette taxe de compensation risque de moins rapporter…sauf…sauf à Saint-Ouen.

En effet, les plus gros contributaires de la TP sont le TIRU (l’incinérateur) et la CPCU (La Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain). En même temps, on imagine mal la délocalisation de ce type d'entreprise!

 

Pour info, tableau issue du Parisien avec une colonne (part par habitant) en plus. Un résultat qui peut laisser perplexe sur le choix d'investissements de la municipalité. 

 

  

Rang Villes Nbre d'hab. Mt de la TP % du budget de fonctionnement Plus gros contributaires Part par Hab.
1 SAINT-OUEN 43 302 39,12 millions 36% Tiru, CPCU, PSA 903,42 €
2 TREMBLAY-EN-FRANCE 35 591 27 millions 31,70% Aéroports de Paris 758,62 €
3 PANTIN 53 949 39 millions 31% SNCF 722,90 €
4 AULNAY-SOUS-BOIS 82 130 56 millions 33% Usine PSA (Peugeot-Citroën) 681,85 €
5 VAUJOURS 6 136 3,55 millions 35% Placoplâtre 578,55 €
6 BOBIGNY 48 156 24,15 millions 25% RATP, Bouygues Télécom 501,50 €
7 NOISY-LE-GRAND 61 795 30,9 millions 30% Diac Location (groupe Renault) 500,04 €
8 PLAINE COMMUNE (*) 344 072 144,8 millions 77% EDF, GDF 420,84 €
9 BAGNOLET 34 382 14,37 millions 21,50% France Télécom, Auchan 417,95 €
10 ROMAINVILLE 25 392 8 millions 22% Sanofi-Aventis 315,06 €
11 MONTREUIL 102 369 31,8 millions 17,70% BNP Paribas 310,64 €
12 LES LILAS 22 221 6,5 millions 13% Tour TDF, RATP, clinique 292,52 €
13 VILLEPINTE 35 817 10,05 millions 18,90% Parc des Expos Paris-Nord-II 280,59 €
14 LE BOURGET 12 782 3,48 millions 20% Société Mills 272,26 €
15 ROSNY-SOUS-BOIS 41 424 11 millions 13% Carrefour, Truffaut, Alinéa 265,55 €
16 LE BLANC-MESNIL 51 416 13,5 millions 17,20% SFR, France Télécom 262,56 €
17 DUGNY 10 679 2,69 millions 13% ID Logistic, Chimirec, ADP 251,90 €
18 NEUILLY-PLAISANCE 20 153 4,8 millions 17,80% RATP 238,18 €
19 NOISY-LE-SEC 38 850 8,7 millions 15% SNCF 223,94 €
20 LES PAVILLONS-SOUS-BOIS 20 437 3,7 millions 12,20% RATP 181,04 €
21 COUBRON 4 702 692 721 12,90% SAS Transport rapide 147,32 €
22 MONTFERMEIL 26 381 3,6 millions 30% Simply Market (groupe Auchan) 136,46 €
23 CLICHY-SOUS-BOIS 29 601 3,8 millions 30% Dhuysienne de chaleur 128,37 €
24 BONDY 53 663 6,88 millions 9,50% Darty, Conforama 128,21 €
25 DRANCY 66 701 8,23 millions 6,80% Bosch, SNCF 123,39 €
26 NEUILLY-SUR-MARNE 33 592 4,10 millions 8,80% France Télécom 122,05 €
27 GOURNAY-SUR-MARNE 6 213 691 569 4,60% Matériaux Decarpentrie 111,31 €
28 LE RAINCY 14 461 1,49 million 8,30% France Télécom 103,04 €
29 LE PRE-SAINT-GERVAIS 17 336 1,6 million 8% Groupe Orpéa 92,29 €
30 LIVRY-GARGAN 41 722 3,52 millions 7% Cora, Leroy-Merlin 84,37 €
31 SEVRAN 51 405 3,95 millions 5,90% Carrefour 76,84 €
32 VILLEMOMBLE 28 618 2,1 millions 6,30% Castorama 73,38 €
33 GAGNY 38 088 1,7 million 3,70% Attitude SA (Fnac) 44,63 €
*(Aubervilliers, La Courneuve, Epinay, L'Ile-Saint-Denis, Pierrefitte, Saint-Denis, Stains, Villetaneuse)

Un certain nombre de personnalités politiques de tout bord estime que la taxe professionnelle est très archaïque (voire stupide). A l’exemple de la 1ère secrétaire du PS, Martine Aubry qui exprime des doutes sur la compensation. Propos recueilli par Le Parisien.

 Martine Aubry et la TP.JPG

Espérons au moins une chose, que les (quelques) contribuables audoniens ne soient pas la solution de remplacement à cette taxe professionnelle.

 

Autre tableau sur le taux de la TP à Saint-Ouen, info issue de la direction générale des collectivités locales (DGCL):

 

Taux de fiscalité directe votés en 2008 pour Saint-Ouen
Population totale au 01-01-2008 TP en 2008 Variation 2008/2007 TP en 2007 Variation 2007/2006 TP en 2006
40 015 19,72% +2,64% 19,20% +2,60% 18,70%

La Taxe Professionnelle, c'est quoi ?

La taxe professionnelle est un impôt local perçu au profit des collectivités territoriales : régions, départements et communes, lesquelles peuvent se regrouper en établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) en vue de percevoir soit une part de taxe professionnelle additionnelle aux trois autres parts, soit la taxe professionnelle unique en lieu et place des communes.

 

26/01/2009

Crise financière en Seine-Saint Denis : A qui la faute ? Suite…

bonnet_d_ane.PNGLes finances du Département de la Seine-Saint-Denis (source du site du CG 93)

L'Assemblée départementale s'est réunie le 4 décembre en séance publique extraordinaire. Michel Klopfer a présenté le contenu de son rapport sur la situation financière de la Seine-Saint-Denis.

 

La Seine-Saint-Denis détient un double record : celui du département le plus endetté de France et celui dont la part d’emprunts toxiques dans sa dette est la plus importante (97%). Face à cette situation, et dans un souci de transparence vis-à-vis des élus de la collectivité et des habitants de la Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, Président du Conseil général a souhaité convoquer cette séance extraordinaire. Il lui apparaît en effet "… indispensable que dans une démocratie moderne, les élus comme les citoyens disposent d’une information objective, claire, et refusant catégoriquement le déni vis-à-vis d’une situation grave".

 

La vidéo!

 


ou

 

 http://notresaintouen.20minutes-blogs.fr/media/02/00/9280...

 

 

Le rapport "Klopfer" qui décrit la situation financière du département de la Seine-Saint-Denis.

 

Voir Doc pdf.

1449842388.gif

19/01/2009

La déroute!

Contre_attaque.jpgLors du dernier conseil municipal du 12 janvier 2009, un moment historique a eu lieu (dixit certaines personnes...).

 

Grrrrrrr, pour une fois que je n’assiste pas au conseil et voila qu’il s’y passe des choses… Pas de bol !

 

Madame le Maire a subi un désaveu partiel de la part de sa majorité (surtout par la section du Parti Socialiste), lors du vote de la représentativité au Paris Métropole (comprenez « le Grand Paris »). Un désaveu partiel donc, mais suffisant pour ne pas avoir la majorité.

 

Et ce sont deux représentants PS (Monsieur Fichtali et Madame Auerbacher) qui ont été élus grâce notamment aux voix de l'opposition. Un vote à bulletins secrets, je précise !

 

Cette opposition même qui avait pourtant présenté sa propre liste. Sans doute pour tromper la majorité et surtout pour démontrer que la coalition PC-PS n'est qu'une mascarade.

 

En effet à plusieurs reprises les élus socialistes ont pointés les incohérences et les mauvaises orientations mais sans trop se faire entendre par Madame le Maire et son premier adjoint Monsieur Paul Planque. Paradoxalement ces mêmes élus socialistes votent malgré tout la plupart des délibérations. Comme si lors des votes, une télécommande ordonne la levée des mains des socialistes. Les raisons de la présentation du groupe socialiste reste légitime puisque c’est le choix de Monsieur Paul Planque comme suppléant (Groupe PCF) par Madame le Maire (rappelons le qui est aussi PCF ) qui a mis le feu au poudre. L’origine donc, de ces multiples interruptions de séances est la main mise sur la représentativité de Saint-Ouen au Paris Métropole.

Auparavant, il y avait un suppléant PS.

Bref, un joli coup de la part des groupes de l'opposition qui, nous ne savons pas encore si cela était prémédité ou non, ont mis dos à dos le PC et le PS et au passage ont titillé l’égo de Madame le Maire.

 

La réplique ne s’est pas fait attendre. La section PC de Saint-Ouen a publié un tract au titre insignifiant pour ses partisans : « Hold-up démocratique ».  Personnellement, ce titre ne veut rien dire !!!!

A savoir, dans cette collectivité locale, un vote démocratique lorsqu’il se prononce contre les représentants communistes perd de sa crédibilité, de son sens. Une déroute qui fait très mal. Accusant d’une part l’opposition de Droite d’avoir favorisé ce résultat, alors que sur les huit élus nous recensons :

 

Ø        une personne du Mouvement Democrate (MoDem),

Ø        une du Nouveau Centre (NC),

Ø        deux de divers gauche (Lias Kémache et Cyril Plomb ont été exclus du parti des Verts suite aux dernières élections municipales),

Ø        deux sans étiquettes

Ø        et enfin deux du parti Union pour un Mouvement Populaire (bien connu sous l’abréviation : UMP).

 

Et d’autre part humiliant , abaissant et culpabilisant le parti socialiste d’avoir été élu avec les voix de ‘Droite’. Et de surcroit, on ose dire que quand un élu de gauche réuni sur son nom toutes les voix des conseillers municipaux de droite, il doit en tirer toutes les conséquences politiques sans tarder et qu’il ne peut pas dignement représenter la ville de Saint-Ouen. Moi je dis danger…Attention au retour de bâton !

 

Encore une fois, Mamadou Keita tout en ayant une drôle conception d’une opposition constructive et d’une opposition de dénonciation d’un pouvoir abusif, celui-ci s’est abstenu (comme pour l’augmentation du prix des repas en cantine !).

Quand on lit son communiqué, celui-ci s’abstient après le vote ! Drôle, non ?

 

Et le groupe des Verts de Saint-Ouen n’en parlons même pas ! Inexistant ! Transparent comme son président Rémi Fargeas.

 

Bref, l’égo de Madame Le Maire prend un coup !

 

Quelles seront les retombés ?

Les socialistes vont-ils se coucher une fois de plus ?

L’intérêt personnel prendra t-il le dessus ?

Les délégations risquent-elles d’être retirées en signe de représailles ?

 

Une chose est sur, si le Groupe PS se désiste, le PC reprendra le dessus d’une manière exponentielle sur la majorité et les partisans du PS seront trahis.

 

Autant de questions, auxquelles nous attendons avec impatience des réponses !

 

Pour terminer, sachez que suite aux résultats de cette délibération, il restait encore un certain nombre de points inscrits à l’ordre du jour mais que Madame le Maire a préféré mettre fin à la séance du conseil municipal.

 

Ah, l’égo passe avant les citoyens.

 

 

Retrouvez ici l’article du Parisien (assez marrant tout de même !) : 

 

 Le_parisien_CM12012009.jpg

 

Retrouvez ici les communiqués des différents groupes :

 

Groupe «ASOEA », Groupe « Modem – Union Centriste », Groupe « UMP - Divers Gauche – sans étiquette »

 

Groupe « Parti Socialiste » première version et deuxième version

 

Groupe « Ensemble pour Saint-Ouen »

 

Groupe  « les Verts » 

 

Groupe « Parti Communiste »  

 

 

09/12/2008

Saint-Ouen en 4eme Position.

Dette de la ville de Saint-Ouen

Entre les choix de la municipalité, les investissements dont on peut discuter les stratégies, les dépenses superflus... le résultat le voici :

Saint-Ouen est la 4eme ville la plus endettée de la SSD.

dette en Seine Saint Denis.JPG
Du coup, on ne peut offrir aux étudiants les plus méritants qu'un stylo et un bloc-note...

 

Crise financière en Seine-Saint Denis : A qui la faute ?

pc-ps.JPGLe ping-pong, c'est le jeu favori du CG 93!

A qui la faute?

L'ancien président du conseil général Monsieur Hervé Bramy se justifie et dénonce la chasse aux sorcières des socialistes.

Après la présentation mercredi de l’audit financier du cabinet Klopfer à la commission des finances du conseil général du 93, l’ancien président (PC), Hervé Bramy, et Jean-Jacques Karman, le président (PC) de la commission des finances, se sont expliqués, hier matin, lors d’une conférence de presse. Epinglés par ce rapport qui pronostique « une impasse financière et budgétaire à l’horizon 2009 » pour le département une séance extraordinaire du conseil a eu lieu 4 décembre dernier à ce sujet , les deux communistes justifient leurs choix passés.

« si c’était à refaire, nous procéderions de la même manière »

En cause, la dette de 800 millions d’euros de la Seine-Saint-Denis, composée à près de 97 % d’emprunts dits « toxiques » (à taux variables indexés parfois sur des valeurs peu fiables, comme l’inflation aux Etats-Unis, et rendues encore plus risquées par la crise actuelle) contractés par l’ancien exécutif du conseil général. Non seulement Jean-Jacques Karman nie ce pourcentage mais en plus il affirme que, « si c’était à refaire, nous procéderions de la même manière ».

« Sans cela, la fiscalité aurait augmenté »

« Je ne me suis pas enfermé dans mon bureau pour concocter un plan et jouer sur les marchés avec l’argent des contribuables ! enchaîne Hervé Bramy. La nature des emprunts était donnée lors des commissions permanentes où siègent la majorité et l’opposition. »

boxe.JPG
...Surveilles sa gauche!...

C'est une maladie qui touche assez régulièrement les socialistes : l'amnésie rétrograde ou l'amnésie antérograde! De toute façon, faites votre choix...

Hervé Bramy explique que ses choix d’opter pour des taux d’intérêts plus faibles mais variables auprès de la banque Dexia avaient permis à l’époque « d’économiser 30 millions d’euros sur dix ans pour le remboursement des emprunts et la dette a été réduite de 15 millions d’euros ». « Sans cela, la fiscalité aurait augmenté de quatre points », ajoute même Jean-Jacques Karman. « Aujourd’hui, il est encore possible de négocier pour obtenir des taux fixes, nous ne sommes pas pieds et poings liés, contrairement à ce qu’affirme Claude Bartolone », se défend Hervé Bramy. Pour lui, si fautif il y a, c’est… l’Etat, « qui n’a toujours pas compensé les 360 millions d’euros qu’il doit au département au titre de la décentralisation ».

Ces justifications ne convainquent guère Daniel Guiraud, vice-président (PS) du conseil général en charge des finances.
« Certes, il y a toujours la possibilité de renégocier les taux mais le problème en Seine-Saint-Denis est vraiment grave dans le contexte de la crise boursière. Le rapport Klopfer (le même que Montreuil par Voynet) nous a appris ainsi qu’un tiers de la dette est constitué de “swap” et de “snowball”, les crédits les plus dangereux », souligne l’élu. Avec ce type de crédits « extrêmement risqués », selon le rapport Klopfer, les taux d’intérêt peuvent ainsi se retrouver multipliés par cinq ou bien peuvent croître chaque année sans limite.

Cette situation, selon le socialiste, rend le département « vulnérable » dans un contexte où « le budget primitif 2009 sera très très difficile à équilibrer », conclut Daniel Guiraud.

Source :  Le Parisien.

Et pour finir, comme me l'a expliqué un ami : "le siège du président du CG93 s'est joué à une voix près..., l'écart n'est pas suffisant et pour cela il faut affaiblir les cocos pour les prochaines elections..."

Complices mais pas coupables?

To be continued... (à suivre)

14:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu