Avertir le modérateur

10/06/2009

Rendez-vous à ne pas manquer!

ASOEA.jpg

Le 12 juin, l'Association Saint-Ouen Ensemble Autrement organise une soirée publique salle Barbara à partir de 19 heures.

 

Venez nombreux!


Cette soirée permettra aux audoniens de rencontrer les élus Lias Kémache et Cyrille Plomb ainsi que toute son équipe et de discuter en toute démocratie.

Cette soirée est également le lancement officiel de la pétition visant à obtenir un référendum décisionnel local contre le projet actuel des Docks et ses tours de 17 étages.

Pour toutes informations :

Jean FOUQUART (Président de l'ASOEA), mail: j.fouq@orange.fr

09/04/2009

la désaturation de la ligne 13 par le prolongement de la ligne 14

ligne13.jpg

La concrétisation d’un grand projet : la désaturation de la ligne 13 par le prolongement de la ligne 14.

 

 

 

Un bonne nouvelle quand même…

 

 

 

 

 

  

Après l’inauguration du prolongement de celle-ci le 14 juin 2006 (branche d’Asnières-Gennevilliers (station Gabriel Péri à Port de Gennevilliers)), le STIF vote enfin le prolongement pour désengorger cette ligne maudite.

 

Lire le communiqué de presse

 1449842388.gif

La carte

1449842388.gif

 On remarquera la station Clichy-Saint –Ouen. Une station en limite de Clichy et de Saint-Ouen mais surtout dans le secteur des Docks. Ce fameux quartier qui verra (peut-être) le jour vers 2025.

 

A lire aussi l'article du Parisien

SO_ligne13.JPG

 

 

Le palmarès des lycées du 93 vient de sortir…

logo_ministere.jpgLe palmarès des lycées du 93 vient de sortir…

 

Nous nous pencherons sur nos deux lycées audoniens (Blanqui et Marcel Cachin).

 

Le quotidien Le Parisien a établi un classement des lycées de la Seine-Saint-Denis suite à la publication des indicateurs de résultats des lycées.

 

SO_palmares_des_lycees93.JPG

 

Trois indicateurs de résultats des lycées sont établis à partir des résultats de leurs élèves au baccalauréat et de leur parcours dans l'établissement. Les lycées d'enseignement général et technologique et les lycées professionnels, publics et privés sous contrat, sont concernés.

 

Les objectifs

L’objectif des indicateurs de résultats des lycées est double :

          rendre compte des résultats du service public national d'éducation,

          fournir aux responsables et aux enseignants des lycées des éléments de réflexion pour les aider à améliorer l'efficacité de leurs actions.

 

Les trois indicateurs

Trois indicateurs sont publiés pour juger des résultats d'un lycée. Ils sont établis à partir des résultats des élèves à la session 2008 du baccalauréat et des données liées au déroulement de leur scolarité :

          le taux de réussite au baccalauréat,

          le taux d’accès de seconde et de première au baccalauréat. Ce taux ne tient pas compte du nombre d’années nécessaire,

          la proportion de bacheliers parmi les sortants.

Ces indicateurs donnent des points de vue complémentaires sur les résultats des lycées. Ils proposent une appréciation relative de la valeur ajoutée de ces établissements, en tenant compte de leur offre de formation et des caractéristiques de leurs élèves en termes d’âge, d’origine sociale et de sexe.

 

Apprécier les apports et la valeur ajoutée d’un lycée

Il faut s'efforcer d'éliminer l'incidence des facteurs de réussite scolaire extérieurs au lycée pour essayer de conserver ce qui est dû à son action propre. La question est de savoir ce qu'un lycée a « ajouté » au niveau initial de ses élèves. Si un lycée présente une valeur élevée pour un indicateur, ce peut être dû au fait :

          qu'il a reçu de bons élèves, dotés de bonnes méthodes de travail, qui ont pu obtenir le baccalauréat sans effort particulier de sa part,

          ou qu'il a su développer chez des élèves, peut-être moins bien dotés au départ, les connaissances et les capacités qui ont permis leur succès.

L'âge et l'origine sociale des élèves ont été retenus car leur croisement donne une bonne approximation des chances d'accès et de réussite au baccalauréat d'un élève. Plus un élève est jeune et favorisé de par son origine sociale, plus ses chances sont grandes, au sens statistique, de réussir au baccalauréat.

Le taux de succès d’un lycée dépend fortement des caractéristiques de ses élèves, indépendamment de la qualité de l’enseignement qui y est dispensé.

 

De nouvelles données prises en compte

A partir de 2008, le niveau scolaire des élèves à l’entrée au lycée est pris en compte pour appréhender la valeur ajoutée des lycées. Il est mesuré par les notes aux épreuves écrites du diplôme national du brevet. Cette évolution ne concerne que les lycées d’enseignement général et technologique.

Le parcours scolaire d’un élève dépend du contexte dans lequel il évolue. Des données sur la composition sociodémographique de chaque lycée ont été ajoutées.

Les résultats d’un établissement sont une réalité complexe. Seule l'analyse combinée de l'ensemble de ces indicateurs peut en donner une image. Il serait dangereux de n’utiliser qu’une partie de ces indicateurs sans en fournir les termes pour établir des palmarès ou faire des comparaisons.

 

Lycée Auguste Blanqui: SO_lycee_blanqui.JPG SO_lycee_blanqui_pro.JPG 
Lycée Marcel Cachin: SO_lycee_marcel_cachin.JPG SO_lycee_marcel_cachin_pro.JPG
Pour une meilleure compréhension et interprétation de ces tableaux, vous pouvez vous reporter aux exemples de la brochure explicative

07/04/2009

Réunion publique sur les antennes relais sur Saint-Ouen

jpg_antenne-relais.jpgQuelles solutions pour se Protéger des ondes ?


Le collectif Santé Environnement Saint-Ouen (SESO), des éco citoyens soutenus par les Verts (de Paris, je vous rassure) organisent sur ce thème une réunion publique à Saint-Ouen le mercredi 8 avril 2009 à partir de 20h30
Salle Charlotte Mananga (10, place Payret, Saint-Ouen).

Etienne cendrier, président de l’association robin des toits (www.robindestoits.org), plusieurs élus de Saint-Ouen et les principaux opérateurs de téléphonie mobile ont été conviés à participer à ce débat.

Pour plus de renseignements :
SESO (collectif Santé Environnement Saint-Ouen) : osidaner@hotmail.com

antenne_relais.jpg

Espérons que des représentants des HLM et de la SEMISO soient présents ce soir là… ceux-là même qui autorisent les installations d'antennes relais sans demander l'avis des locataires...

A noter aussi la question orale du groupe "Saint-Ouen en Toute Liberté" lors du conseil municipal du 30 mars 2009 sur l’implantation des antennes relais sur Saint-Ouen :

Madame le Maire,
Pouvez-vous fournir à l’ensemble des élus de notre assemblée la cartographie de la totalité des sites d’implantations des antennes relais existantes ou à venir, si de nouvelles demandes sont réclamées et soumises à votre approbation par les différents opérateurs de téléphonie mobile, ainsi qu’une indication des spécifications techniques et des champs d’expositions auxquels sont soumis les audoniens aux abords de ces mêmes installations appartenant aux dits opérateurs.
(Source www.audonien.com).

Les bisounours sont de retour

le retour des bisounoursII.JPGNos amis sont de retour.

 

Des amis riverains m’avaient annoncé qu’au lendemain de l’opération que la vente de stupéfiants avait repris de plus belle.

Le commerce à Saint-Ouen a le vent en poupe !

 

 

  

 

 

 

 

 

Résultat de l’opération : lire l’extrait du Parisien

 

SO_8mai.JPG

 

Petit rappel :

 

La loi actuelle n’autorise pas la consommation de stupéfiants.

La loi actuelle n’autorise pas la détention de stupéfiants.

La vente de stupéfiants est interdite.

L’acquisition de stupéfiants est interdite.

La culture de stupéfiants est interdite.

03/04/2009

Les bisounours de la place du 8 mai

bisounours.gif

Après Stains et Saint Denis, c’est au tour de Saint-Ouen.

A en croire ce que dit la presse, les opérations coup de poing sur le département de la Seine-Saint-Denis sont en forte hausse.

 

A Saint-Ouen, une descente de police a eu lieu à la place du 8 mai. Une opération qui s’est soldée par une dizaine d’interpellations et de la saisie de drogue. Rappelons aussi que lors de l’inauguration de la médiathèque, il eut des échauffourées entre la police et ces jeunes.

Article du Parisien

SO_8mai.JPG

 

Alors que la veille au soir, nous avons pu assister à un conseil municipal où on présentait le contrat local de sécurité (CLS) ‘Nouvelle génération’.

Un débat fort intéressant donnant lieu à des positions diverses. Pour la municipalité en place, la prévention doit prendre une place a part entière avant la répression.

Or depuis un certain nombre d’année, ne doit-on pas remettre en cause le travail de prévention ? Avons-nous eu des médiateurs ou des éducateurs sur le terrain ? L’action menée dans tous les cas n’a pas porté ses fruits. Comprenant que certains jeunes sont dans des situations précaires, difficiles et de détresse, il ne faut pas oublier que nous sommes dans un état de droit.

La vie des riverains s’est dégradée.

A plusieurs reprises, les riverains ont écrit au maire afin de résoudre cette situation… sans résultat, en fin presque !

Nous pouvons aussi nous interroger sur l’accès de cette place du 8 mai. Une position stratégique car en effet entre sens unique et voie rétrécie, le moindre fait et geste ou même véhicule sont tout de suite repérés. Une prise de décision délicate pour l'élu chargé du plan de déplacement, transports, stationnement, circulation (2A)*.

plan 8 mai.JPG

Depuis l'opération, la police effectue des rondes fréquemment et a investi ce lieu… mais jusqu’à quand ?

Reverrons-nous nos bisounours** ?

 

(*) Veuillez vous reporter sur la bannière ‘Les zélus’ située à gauche

(**) terme employé durant le conseil par l'adjoint au maire chargé de la sécurité (2C)* pour designer les jeunes délinquants.

 

27/02/2009

Dilemme sur la taxe professionnelle

dilemme_TP.JPGSuppression de la taxe professionnelle

 

Débat : La suppression de la TP est-elle une bonne chose pour relancer l'économie et aider les entreprises ? Comment préserver l'autonomie financière des communes ?

 

Le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, a annoncé le jeudi 5 février 2009 lors de son intervention sur la crise, la suppression de la taxe professionnelle en 2010.

 

Rappelons que  Jacques Chirac avait déjà tenté de la supprimer en 2004, mais face à la pression des collectivités locales, cela n'avait pas abouti.

 

Nicolas Sarkozy a chiffré le coût de la mesure à 8 milliards d'euros. Un chiffre douteux au regard des 26 milliards d'euros dont s'acquittent les entreprises au titre de la taxe professionnelle.

 

L'objectif de la suppression de la taxe professionnelle est de demander en contrepartie aux entreprises, sous forme d'un engagement, de ne pas délocaliser leurs usines. Il souhaite ainsi préserver l'industrie et sauver un maximum d'emploi, notamment dans l'automobile.

 

La suppression est-elle une bonne idée pour relancer l'économie et aider les entreprises ?

Comment préserver l'autonomie financière des communes ?

 

Cependant, cette réforme est un coup de massue aux élus locaux qui perdent ainsi une forte source de revenus. A l’exemple de notre ville Saint-Ouen où la TP représente plus d’un tiers du budget de fonctionnement (36%).

Reste à savoir comment réussir à compenser les 36% de recettes qui vont être amputés sur le budget annuel de la ville de Saint-Ouen.

 

Une taxe carbone !

 

Comment donc compenser le manque à gagner ? Une possibilité autour de la taxe carbone.

Alors que l’objectif est de moins polluer, cette taxe de compensation risque de moins rapporter…sauf…sauf à Saint-Ouen.

En effet, les plus gros contributaires de la TP sont le TIRU (l’incinérateur) et la CPCU (La Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain). En même temps, on imagine mal la délocalisation de ce type d'entreprise!

 

Pour info, tableau issue du Parisien avec une colonne (part par habitant) en plus. Un résultat qui peut laisser perplexe sur le choix d'investissements de la municipalité. 

 

  

Rang Villes Nbre d'hab. Mt de la TP % du budget de fonctionnement Plus gros contributaires Part par Hab.
1 SAINT-OUEN 43 302 39,12 millions 36% Tiru, CPCU, PSA 903,42 €
2 TREMBLAY-EN-FRANCE 35 591 27 millions 31,70% Aéroports de Paris 758,62 €
3 PANTIN 53 949 39 millions 31% SNCF 722,90 €
4 AULNAY-SOUS-BOIS 82 130 56 millions 33% Usine PSA (Peugeot-Citroën) 681,85 €
5 VAUJOURS 6 136 3,55 millions 35% Placoplâtre 578,55 €
6 BOBIGNY 48 156 24,15 millions 25% RATP, Bouygues Télécom 501,50 €
7 NOISY-LE-GRAND 61 795 30,9 millions 30% Diac Location (groupe Renault) 500,04 €
8 PLAINE COMMUNE (*) 344 072 144,8 millions 77% EDF, GDF 420,84 €
9 BAGNOLET 34 382 14,37 millions 21,50% France Télécom, Auchan 417,95 €
10 ROMAINVILLE 25 392 8 millions 22% Sanofi-Aventis 315,06 €
11 MONTREUIL 102 369 31,8 millions 17,70% BNP Paribas 310,64 €
12 LES LILAS 22 221 6,5 millions 13% Tour TDF, RATP, clinique 292,52 €
13 VILLEPINTE 35 817 10,05 millions 18,90% Parc des Expos Paris-Nord-II 280,59 €
14 LE BOURGET 12 782 3,48 millions 20% Société Mills 272,26 €
15 ROSNY-SOUS-BOIS 41 424 11 millions 13% Carrefour, Truffaut, Alinéa 265,55 €
16 LE BLANC-MESNIL 51 416 13,5 millions 17,20% SFR, France Télécom 262,56 €
17 DUGNY 10 679 2,69 millions 13% ID Logistic, Chimirec, ADP 251,90 €
18 NEUILLY-PLAISANCE 20 153 4,8 millions 17,80% RATP 238,18 €
19 NOISY-LE-SEC 38 850 8,7 millions 15% SNCF 223,94 €
20 LES PAVILLONS-SOUS-BOIS 20 437 3,7 millions 12,20% RATP 181,04 €
21 COUBRON 4 702 692 721 12,90% SAS Transport rapide 147,32 €
22 MONTFERMEIL 26 381 3,6 millions 30% Simply Market (groupe Auchan) 136,46 €
23 CLICHY-SOUS-BOIS 29 601 3,8 millions 30% Dhuysienne de chaleur 128,37 €
24 BONDY 53 663 6,88 millions 9,50% Darty, Conforama 128,21 €
25 DRANCY 66 701 8,23 millions 6,80% Bosch, SNCF 123,39 €
26 NEUILLY-SUR-MARNE 33 592 4,10 millions 8,80% France Télécom 122,05 €
27 GOURNAY-SUR-MARNE 6 213 691 569 4,60% Matériaux Decarpentrie 111,31 €
28 LE RAINCY 14 461 1,49 million 8,30% France Télécom 103,04 €
29 LE PRE-SAINT-GERVAIS 17 336 1,6 million 8% Groupe Orpéa 92,29 €
30 LIVRY-GARGAN 41 722 3,52 millions 7% Cora, Leroy-Merlin 84,37 €
31 SEVRAN 51 405 3,95 millions 5,90% Carrefour 76,84 €
32 VILLEMOMBLE 28 618 2,1 millions 6,30% Castorama 73,38 €
33 GAGNY 38 088 1,7 million 3,70% Attitude SA (Fnac) 44,63 €
*(Aubervilliers, La Courneuve, Epinay, L'Ile-Saint-Denis, Pierrefitte, Saint-Denis, Stains, Villetaneuse)

Un certain nombre de personnalités politiques de tout bord estime que la taxe professionnelle est très archaïque (voire stupide). A l’exemple de la 1ère secrétaire du PS, Martine Aubry qui exprime des doutes sur la compensation. Propos recueilli par Le Parisien.

 Martine Aubry et la TP.JPG

Espérons au moins une chose, que les (quelques) contribuables audoniens ne soient pas la solution de remplacement à cette taxe professionnelle.

 

Autre tableau sur le taux de la TP à Saint-Ouen, info issue de la direction générale des collectivités locales (DGCL):

 

Taux de fiscalité directe votés en 2008 pour Saint-Ouen
Population totale au 01-01-2008 TP en 2008 Variation 2008/2007 TP en 2007 Variation 2007/2006 TP en 2006
40 015 19,72% +2,64% 19,20% +2,60% 18,70%

La Taxe Professionnelle, c'est quoi ?

La taxe professionnelle est un impôt local perçu au profit des collectivités territoriales : régions, départements et communes, lesquelles peuvent se regrouper en établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) en vue de percevoir soit une part de taxe professionnelle additionnelle aux trois autres parts, soit la taxe professionnelle unique en lieu et place des communes.

 

14/02/2009

La guerre des communiqués. Part III...suite sans fin!

La phrase de 3B.JPGLa réponse scientifique du 1er adjoint au maire (3B)* au problème sérieux de santé publique à Saint-Ouen.

 

 

 

 

 

 

 

(*) Veuillez vous reporter sur la bannière ‘Les zélus’ située à gauche  

12/02/2009

Causons Saint-Ouen

logomonoloParlonsS.JPG

Restitutions des rencontres citoyennes!

Après 'Si j'étais à la place du Maire' auquel nous avons eu le droit lors de la dernière mandature, voici sa nouvelle version: 'Dialogues pour Saint-Ouen', une sorte de démocratie participative. Ici vous trouverez  toutes les propositions des audoniens par quartier.

CompteRenduIntegralDeLaReunionDuLancement_4554.pdf

CompteRenduIntegralDeLaReunionDebainMichelet_4551.pdf

CompteRenduIntegralDeLaReunionDesPucesRosiersGaribaldi_45...

CompteRenduIntegralDeLaReunionDuCentre_4553.pdf

compteRenduIntegralDeLaReunionDuVieuxStOuen_4555.pdf

CompteRenduIntegralDeLaReunionVictorHugoZolaPasteur_4556....

Et voici le résultat :

RecueilDes362Propositions_4557.pdf

Mais en fin de compte : c'est 100 propositions qui ont été retenues par les élus... facile! Mais dans ces 100, vous verrez que des choses existent déjà...

La préemption abusive est toujours d'actualité. Quand une construction met  1 an à 2 ans  et que les jeunes ménages (primo accédants) et les audoniens souscrivent un prêt, je vous laisse calculer le montant des intérêts intercalaires qui viennent s’ajouter au prix réel du bien. 

La pression sur les promoteurs immobiliers toujours là, ce qui nous amène et amènera à des constructions de piètre qualité et qui dans le temps se dégraderont d’elles-mêmes.

Le plus frappant aussi (et c'est suite à mon précédent article), c'est la proposition n°20 sur les vélib's, c'est vraiment culotté... Alors on s'engage sur ce qui a été déjà acté. Entre 2009 et 2011, il va y avoir un profond changement à Saint-Ouen. A suivre donc!

PSO100EngagementsPourLaVille_4570[1].pdf

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu