Avertir le modérateur

14/12/2009

DAL Saint-Ouen se mobilise une fois de plus...

dal.JPG

Ci-joint le tract que L’association Droit Au Logement Saint-Ouen diffusera dès 19 h place de la mairie de Saint-Ouen (93) et à l'entrée du conseil municipal de ce lundi 14 décembre 2009.

DROIT AU LOGEMENT : QUE FAIT LA MAIRIE ?


Avec l’intensification des conséquences sociales de la crise, de plus en plus de personnes sont confrontées au problème du logement : difficultés à payer le loyer, difficultés à accéder à un logement décent, risques d’expulsion… Face à ces sujets, l’Etat et les marchands de sommeil sont
parmi les premiers responsables ; l’Etat affirme le droit au logement opposable mais en ne soutenant pas la création de logements sociaux et en n’obligeant pas l’ensemble des communes (notamment les plus riches) à en construire, il ne rend pas ce droit réel. En outre, il se refuse toujours à appliquer la loi de réquisition. Les marchands de sommeil quant à eux profitent du déficit de logements pour louer à des tarifs excessifs des taudis !

Face à une telle situation, on pourrait penser que la mairie se donne les moyens de lutter pour le droit au logement et contre les marchands de sommeil. Or, nous constatons depuis plusieurs mois l’absence d’avancées municipales sur nombre de problèmes.

Ainsi, le 29 juin 2009, le conseil municipal votait à l’unanimité la mise en place d'un dispositif contre les expulsions locatives ; nous avions soutenu cette initiative. Un mois après, le 29 juillet 2009, les
employés de la ville muraient le 71 av. du Capitaine Glarner géré par l’OPHLM avec les affaires d’un des habitants mis à la rue ! Pourtant, l’adjoint au logement avait promis le relogement de cette personne en mai 2009. Depuis, aucune nouvelle des élus responsables des expulsions et du logement. Quelle est l’utilité du dispositif anti-expulsion si la mairie est incapable de se l’appliquer à elle-même ?

Les mal-logés font face à des propriétaires laissant leurs immeubles sans entretien et à de véritables marchands de sommeil (17/19 rue Jules Vallès ; 21 rue Raspail ; 5 rue Lécuyer ; 9 rue Villa Biron…). Or sur ces adresses, les problèmes subsistent et les familles continuent à vivre dans la galère. Nous avons pu avoir des actions communes avec les élus face à ces pratiques, mais il faut aller plus loin et la mairie doit s’engager véritablement pour mettre fin à ces pratiques.

Enfin, des familles sont demandeuses de logement depuis beaucoup trop longtemps, parfois même plus de dix ans ! Ces personnes recourent au dispositif de Droit au logement opposable (Dalo) mais celui-ci ne se prolonge que rarement par du relogement. Il n’est pas question que la ville se substitue à l’Etat mais on ne peut pas comprendre qu’elle refuse l’accès au logement à certains habitants. Nous demandons que les critères d’attribution de logement soient transparents et qu’ils prennent en compte la durée d’inscription ! A quoi servira-t-il de construire de nouveaux logements si les mal-logés en sont toujours exclus ?

En octobre, nous avons demandé un rendez-vous à Mme le Maire afin d’avoir une réponse à ces questions, nous attendons toujours sa réponse et renouvelons notre demande !

Droit Au Logement Saint-Ouen
Permanences : 4e samedi de chaque mois, de 10 h à 13 h - salle Marie-Charlotte Mananga, place Payret, M° Garibaldi.
Tél : 06 18 28 13 86 -
dalsaintouen@altern.org

Au format PDF Tract_DAL_14_dec_09.pdf

 

17/05/2008

Une Maison des associations à Saint-Ouen

Une 'Maison de la Vie Associative et du Citoyen' verra t-elle le jour à Saint-Ouen?

Pour la mairie et ses élus - objectif : 1er trimestre 2009!-

Après une réunion, qui a eu lieu à la Maison Basque le mercredi 14 Mai, cet endroit sera un lieu :

  • de soutien afin d'accompagner et d'aider les associations (logistique, moyen humain, ...)
  • de ressource (centre de documentation, bourse à bénévolat, ...)
  • d'initiative et de citoyenneté (exposition, soirée, mise en place d'un espace de convivialité, ...)

Mais plusieurs questions se sont posées : l'emplacement, un site Internet centralisé, quelles associations pourront prétendre aux services , une charte, encadrement... autant de questions que l'atelier proposé aux participants risque de ne pas répondre à tous.

Pour l'emplacement, deux propositions ont été soumises : l'ancienne maternité (de la part d'un élu) et la bibliothèque. Mais cette maison doit être au coeur de la ville. Dilemme?

Pour ma part, tout ce que j'espère c'est que la Maison de la vie associative et du citoyen saura garder une neutralité 'politique'.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu